Lecture en cours

 

Découvrez mon premier roman💕🧁❄

Découvrez mon premier roman :
À cœurs perdus aux éditions MxM Bookmark.

 

Publié par Evy

Chère Mrs Bird de A.J. Pearce

Londres, 1941. À vingt-quatre ans, Emmy n’a qu’un rêve : devenir reporter de guerre. Un rêve qui semble sur le point de se réaliser lorsque la jeune femme décroche un poste au London Evening Chronicles. Enfin, Emmy va pouvoir entrer dans le vif du sujet, partir sur le front, se faire un nom au fil de la plume ! Las, c’est un poste d’assistante à la rédaction du magazine féminin Women’s Day qui lui est offert.Sa mission : répondre aux courriers des lectrices
adressés à Mrs Bird, la rédactrice en chef. Mais attention, la terrifiante Mrs Bird est très stricte, et seules les demandes les plus vertueuses se verront offrir une réponse expéditive dans le poussiéreux journal. Un cas de conscience pour la jeune journaliste qui refuse d’abandonner ses concitoyennes en mal d’amour et
de soutien amical. Alors que Londres sombre peu à peu sous les bombes, Emmy va mettre sa carrière en jeu pour venir en aide aux femmes restées seules à l’arrière. L’heure de la résistance féminine a sonné !

Lorsque l'on m'a proposé de participer à une Masse Critique de Babélio spéciale et de lire et chroniquer ce roman, je n'ai pas hésité un seul instant. En effet, le pitch de départ me tentait énormément, l'analogie avec Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates a titillé mon intérêt (en effet, j'avais beaucoup apprécié ce roman épistolaire) et le titre so british a fini de me convaincre. Finalement, je ressors globalement séduite par ma lecture mais peut-être pas autant que je l'aurais souhaité. 

Emmy est une jeune femme qui, dans ce début des années 1940, ne rêve que d'une chose : devenir reporter de guerre. Le jour où elle décroche un entretien d'embauche pour un prestigieux journal, elle s'imagine déjà partir couvrir les actualités du front. Plus forte fut donc la déception lorsqu'elle se rendit compte que le travail qu'elle avait accepté consistait à travailler pour une femme acariâtre qui tenait la rubrique du courrier des lecteurs d'un magazine féminin tombé en désuétude. 

Ce roman possède un charme fou. A l'image du journal un peu démodé mais à lequel on s'accroche malgré tout par nostalgie, pour lequel travaille Emmy, j'ai aimé ce côté authentique et un peu désuet qui se dégage de ce récit. D'ailleurs, c'est bien simple, je l'ai dévoré en quelques heures. Ce fut une lecture plaisir, une lecture cocooning et pourtant ce ne fut pas un coup de cœur. 

J'ai beaucoup aimé tout l'aspect du roman qui traite du travail d'Emmy et notamment les passages épistolaires que j'ai trouvé très justes. J'ai d'ailleurs regretté qu'ils ne soient pas assez nombreux. De manière générale, c'est le point le plus négatif que je reprocherai à ce roman : on nous vend une histoire qui ne correspond pas réellement au contenu du roman. En effet, si cet aspect là est le plus captivant et intéressant à mon avis, il est aussi le plus sous-évalué au profit de tous les à-côtés du récit, qui, pour le coup, ne m'ont pas passionné plus que cela.

Alors don't get wrong, tout le côté historique m'a beaucoup plu, j'ai apprécié découvrir le Londres (ville de mon coeur s'il en est une !) sous les bombes. Par contre, toutes les histoires annexes entre Emmy et sa colocataire ne m'ont pas vraiment touché. Cet arc secondaire prend trop le pas sur le sujet principal et cela m'a plutôt dérangé. 

Il faut néanmoins porter au crédit de l'auteure qu'elle a réussi à brosser de beaux portraits de femmes. J'ai aimé Emmy (même si son côté un peu impulsif était un peu trop accentué parfois). Je l'ai trouvé très humaine et attachante. Bunty aussi mais d'une tout autre manière. Mention spéciale pour les employés du Woman's Friend. Entre Mr. Collins et Mrs Bird, en passant par la secrétaire effacée, je les ai trouvé très drôles (en particulier Mrs. Bird. Cette femme est un phénomène à elle toute seule) et attachants. 

Très bon point également concernant le style de l'auteure. J'ai regretté que le style épistolaire ne soit pas plus développé mais dans l'ensemble la plume de A.J Pierce est absolument charmante. Elle a ce même charme suranné qui me plait tant et qui me rend toute nostalgique d'une époque que je n'ai pas connu. Je vous avoue que je vais m'empresser de me renseigner sur cette auteure pour pouvoir lire ses autres romans.

Chère Mrs Bird fut une très bonne lecture. Une lecture doudou, qui fait bien du bien au coeur et dont j'ai apprécié le côté désuet. Bémol néanmoins sur l'aspect "épistolaire" pas assez développé à mon goût. 

Chère Mrs Bird de A.J. Pearce

Chère Mrs Bird de A.J. Pearce 
Titre VO : Dear Mrs Bird
Historique - Editions Belfond - 354 pages
Où l'acheter : Chère Mrs Bird

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article